C’est Julie qui nous a guidé tout au long de la visite. C'était très intéressant.

Julie nous montre d’abord le duplicata du spoutnik 1, premier satellite artificiel de la terre, lancé le 4 octobre 1954 par l’URSS.

Il s'agissait d'une sphère de 58 cm de diamètre, pesant 83,6 kg. Satellisé sur une orbite elliptique à une altitude comprise entre 230 et 950 km, il tournait autour de la Terre en environ 96 minutes.

                         

Sa seule fonctionnalité a été l'émission d'un « bip-bip » sur les fréquences radio de 20,005 et 40,002 MHz.

La désintégration dans l’atmosphère du spoutnik 1 a eu lieu le 4 janvier 1958.

Nous abordons la partie du musée qui est consacré aux travaux de Tsiolkovski.

Il est à l’origine des premières approches scientifiques du problème du vol spatial et des technologies nécessaires pour atteindre la vitesse de mise en orbite (8km/s), notamment celle des fusées multi-étages à propergols liquide (hydrogène/oxygène).

Il s'est inspiré de l'oeuvre de Jules Vernes, il a fait l'analyse détaillé de la machine décrite par J.V mais il se rend bien compte que les surcharges du canon seront insupportables pour les passagers.

Il écrit la loi fondamentale du rapport de masse impliquant le découpage de la fusée en plusieurs étages. Il calcule aussi les différentes vitesses entrant en ligne de compte en astronautique et connues sous le nom de vitesses cosmiques. Il décrit une station interplanétaire qui serait composée de plusieurs éléments séparés, et dont l'orbite pourrait être modifiée. Pour tout cela, il est considéré comme un visionnaire de l'astronautique.

L'avion du futur vu par le scientifique au XIXème. 

                                               

                                             

Nous continuons notre visite et Julie nous montre les scaphandres pour chiens.

                    1

Elle nous parle de Laïka, 1er chien cosmonaute ou premier être vivant mis en orbite autour de la Terre. Elle a été lancée par l’URSS à bord de l'engin spatial Spoutnik 2 le 3 novembre 1957, un mois après le lancement du premier satellite artificiel Spoutnick 1.

Laika Space Hero

Duplicata du Spoutnik 2 qui transporta Laïka.

                                     

 La mission Spoutnik 2 ne prévoyait aucune récupération de Laïka; la chienne était donc condamnée à mourir dans l'espace. L'expérience déclencha un débat international sur la question du maltraitement et de l'expérimentation en général pour les besoins de la science.

Oui cette histoire de chien envoyé au casse-pipe fait pleurer les enfants quand Julie la leur raconte...et puis elle ajoute que les scientifiques ont vu des larmes couler avant que la chienne ne parte dans l'espace !! horrible !

Nous arrivons dans la partie du musée où sont exposés les spoutniks, satellites et capsules ( qui sont pour la plupart des reproductions) des différents programmes spatiaux pendant la période soviétique.

                    

Le programme Vostok (du russe Восток signifiant « Est ») était un projet spatial soviétique destiné à envoyer des humains dans l'espace, ce qu'il réussit avec Vostock 1 dans lequel Youri Gagarine devint le premier homme de l'espace le 12 avril 1961.

Dans le musée de Kaluga, se trouve La capsule originale du programme Vostock-5 dont le pilote Valery Bykovski est resté 5 jours en orbite au lieu de 8, du 14 juin 1963 au 19 juin 1963.

                      

 

Le programme Lunokhod (marcheur lunaire en russe) regroupe plusieurs missions spatiales soviétique qui ont mis en œuvre entre 1969 et 1972 les premiers rovers (ou astromobiles) télécommandés à la surface de la Lune. Deux rovers d'environ 800 kg, Lunokhod 1 et Lunokhod 2, ont parcouru plusieurs dizaines de kilomètres durant plusieurs mois en effectuant des relevés scientifiques et en transmettant des dizaines de milliers de photos.

                 

 

Divers :

 

-Il y a eu également le programme Soyouz:Le programme Soyouz de vol habité a été lancé au début des années 1960 dans le cadre du programme lunaire qui avait pour objectif de conduire un cosmonaute soviétique  sur la Lune . Ici la capsule biplace d'origine.

                      

-Julie nous montre à l'extérieur du musée, un missile et nous explique qu'il s'agit d'un exemplaire du : R-12 Dvina ( SS4-Sandal ) ces missiles nucléaires soviétiques furent déployés à Cuba à la fin de 1962 et provoquèrent la crise de Cuba.

-Sous une loupe grossissante (X1000 ?) on a pu  " voir " précisément 17 particules provenant du sol lunaire !!! Il parait qu'aux USA les cosmonautes ont ramené des plaques entières. Bon après faut avouer que c'est un peu ramasse poussière tout ça, ici il y a juste qu'à nettoyer la loupe de temps en temps et hop !

                   

- Les scaphandres pesaient 100 Kilos, ils étaient recouverts d’une fine couche d’or qui protégeait les cosmonautes des radiations solaires, ils ne pouvaient pas rester plus de 8 h en dehors de la capsule.

                       

 

-Quelques notions quand on comprend rien comme moi :

On peut distinguer plusieurs types de vols spatiaux selon les orbites décrites :

  • Les vols balistiques, où l'engin retombe sur terre ;
  • Les vols orbitaux, où l'engin reste en rotation autour de la Terre ;
  • Les vols interplanétaires, où l'engin visite une autre planète 
  • Les vols interstellaires, où l'engin se déplace vers une autre étoile.

 

  • 52 chiens ont été lancés dans l’espace, ils étaient de véritables cobayes, la moitié d'entre eux sont morts pendant «  l’expérience  »

-Les chiens qui allaient dans l’espace devaient répondre à des critères précis : femelles, pas plus de 6 kilos, 35 cm environ, batards, etc …

 

-Il faut que je vous parle de l’alimentation des cosmonautes mais  après réflexion  je mettrai des photos dans ce cas c’est plus parlant.

                    

Le café en tube ! 

043-copie-2

-Mon mari me dit qu’il y a une série qui s’appelle les " cochons dans l’espace " ! Vous connaissez ? 


-Tsiolkovski, est un autodidacte. Il a eu la scarlatine très jeune et cela l’a rendu sourd  comme un pot alors il entendait rien à l’école, il pigeait que dalle mais il en voulait à mort du coup il a bossé comme un malade et voilà, ici à kaluga c’est un héros en tous cas : Un parc a son nom, une rue à son nom, statue, maison-muséehttp://www.buran-energia.com/blog/tsiolkovski-house-museum-kaluga/, musée dédié à son œuvre. Bon faut pas m’en vouloir mais je suis un peu fatiguée et surtout je suis pas au bout de mon article, j’ai encore les photos à mettre et patati et patata, mais je voudrais aussi dire que grâce à mes recherches sur les cosmonautes auxquelles je dois avouer que je ne comprends pas toujours tout, d’ailleurs mon mari non plus…tout à l’heure je lui demande ce que veut dire :  « impesanteur  » Hé ben non il ne sait pas. Cependant il connait un rayon sur le sujet suivant :" L' expansion du tronc des astronautes au retour des missions orbitales "  (sujet du Bac en SVT 1984)…

Bref tout ça pour vous dire qu’aujourd’hui le 12 avril 2012 c’est le jour des cosmonautes donc un jour hyper important  en Russie mais aussi parce que c’est l’anniversaire de Joëlle et cet article t’es dédié ma chère Joëlle !

 

 


Retour à l'accueil