L'automne est là…il n'y a qu'à voir dehors ! mais il pleut tout le temps alors on peut même plus y aller, à quoi bon alors ?

Mais si il faut finir le jardin : tondre une dernière fois, ramasser les feuilles mortes, planter le pommier que j'ai acheté il y a plusieurs jours déjà, repiquer les stolons qu'ont produit les fraisiers, récolter les kiwis, rentrer les bulbes de dahlias et planter les bulbes d'aliums, de tulipes, de crocus…bref il y a du pain sur la planche !

Le terrain est gorgé d'eau, il vomit un jus brunâtre. Les vents dominants ont arraché les silhouettes aériennes des cosmos, les roses trémières balancent leur interminables tiges décharnées et les altiers tournesols d'été devenus des ombres noirâtres semblent attendre une fin tragique…le jardin est aussi froid qu'un tombeau.

Mais il y a parfois les cadeaux que dame nature nous offre comme ces superbes coulmelles qui ont poussé près de ma maison familiale, ces pommes si croquantes et odorantes et qui vont nous nourrir pendant toute la saison froide.

Ainsi notre maison devient un refuge, un nid, un cocon. On s'apprête devant le fourneau et tartes aux pommes maison et chocolats chauds viennent remplacer les salades et cocktails estivaux.

Le soir, on s'invite devant la cheminée où une flambée nous comble d'aise. On scrute les programmes télé à l'avance dans l'espoir d'égayer une soirée au coin du feu. Car la solitude de l'hiver est terrible. On ressort les bouquins que l'on avait rangés l'hiver dernier. On se dit qu'on aura le temps de les lire, l'hiver est si long...

Mon bureau ressemble à un jardin exotique, c'est déjà ça ! Mes 2 voiles de chine dansent gracieusement dans leur grand vase. Les divers travaux artistiques tapissent la cloison. Les cactus vont passer l'hiver au chaud et absorber les ondes émises par les ordinateurs. Sur la cheminée de marbre noir, une bougie orangée absorbe l'humidité et vieille tel un esprit protecteur à côté des poèmes anarchiques de mon fils déjanté et d'une Joséphine Baker provocante portant pour tout habit quelques bananes...

Les semaines s'égrainent donc aux rythmes des activités hivernales : on range, on bouquine, on se remet au dessin, à la couture. Les boeufs bourguignons et les raclettes s'invitent à la table d'hôtes affamés de ces saveurs fondantes et rassasiantes.

On regarde avec tendresse le chat qui s'étire paresseusemnt sur le radiateur tiède et on espère quand même que l'hiver ne sera pas trop long...

La saison morte...
La saison morte...
Retour à l'accueil